Val et ses petits bonheurs

La vie d'un grain de sable dans l'oeil du bon Dieu

08 mai 2009

La Pologne: Histoire d' Auschwitz part 1

Je n'ai rien ecrit pendant un bout de temps mais la, vous allez etre servis Messieurs Dames....Auschwitz est un morceau d'histoire dont il faut que je vous parle...Je me suis préparée petit à petit à cette visite qui est loin d'etre une partie de bonheur mais que je ne regrette pas d'avoir fait. D'ailleurs je veux y retourner; le travail de mémoire que j'ai entrepris sur les 3H30 que j'ai pu passer là bas n'est pas fini. Pas assez de temps pour faire Auschwitz en entier, et je n'ai pas pu voir Birkeneau à deux kilomètres de là. Je ressens le besoin d'apprendre une histoire complmentaire de celle que l'on nous a enseigné à l'école. Je n'avais pas retenu grand chose de la deuxieme guerre mondiale dans les details mais cela m'est revenu en parcourant les expositions...masi j'ai surtout découvert l'histoire du point de vue Polonais...

Bref commençons par le début: Les lieux.

Auschwitz est à une 60aine de kilometres de Cracovie, dans le sud de la Pologne. Nous y sommes allés de Cracovie en train. 1h30 de train pour faire 65km, c'est ça le train en Pologne.

DSC_1184 DSC_1186

ça laisse le temps de se preparer à ce qu'on va voir et pour moi, surtout à essayer de laisser la charge émotionnelle de coté pour laisser la place un esprit ouvert. J'aurais pu me dire que le train que je prenais passait sur les mêmes rails que les convois envoyés à Auschwitz...mais je me suis refusée à ce genre de considération.

Il faisait beau, la nature a repris ses droits, tout est vert en ce moment. Le train va doucement, ça laisse le temps de bien regarder, les champs de blé, les biches dans les champs laboures, les faisans, les cygnes. Rien qui ne porte la moindre trace de ce passé.

Imbecile de touriste que je suis, je pensais que vu le nombre de visiteurs qui vont à Auschwitz, la gare devait etre non pas belle, mais au moins recente...Premiere remise en place...On est en Pologne, pas un pays de tourisme classique. Ici, pas de faveurs particulieres, tout le monde à la même enseigne. Des quais en mauvais état, pas de tunnel pour traverser, on passe sur les voies avec le train qui arrive sans aucun signal d'alarme.

    DSC_1235

IMG_1452IMG_1451

Par contre un service de taxi est la, ils parlent anglais et ont l'habitude de faire la navette entre la gare et le camp. 5 minutes 20 zlotys pour 5 personnes, moins d'un euro par personne. Un service de bus existe aussi, ils passent tous devant le camp. A pied ça se fait tres bien, un quart d'heure, on prend à droite en sortant de la gare, on va tout droit jusqu'au rond point et la on tourne à gauce. La route mene à Auschwitz I et c'est sur cette route qu'on prend le chemin pour Auschwitz II Birkeneau.

Pourquoi OSWIECIM sur le panneau? Tout simplement parce que c'est le nom de la ville en Polonais, et que Auschwitz est le nom allemand, comme Gdansk s'appelait Dantzig quand elle etait allemande. l'Allemagne a envahit la Pologne le 1er septembre 1939, cette ville est alors passée sous controle du III Reich pendant que le reste de la Pologne etait devenait en partie Sovietique. Oswiecim avait une caserne de l'armée et les prisons du III reich sont rapidement débordées par lenombre de prisonniers. Il est donc décidé d'utiliser l'ancienne caserne militaire d'Oswiecim-Auschwitz comme prison d'appoint.On y trouve dans un premier temps des prisonniers politiques Polonais, puis des tziganes, des juifs,des homosexuels et des prisonniers sovietiques. Y viendront aussi des prisonniers allemands qui seront utilisés à des fins de surveillance et de maltraitance eux autres prisonniers.

Le camp est rapidement plein, on l'agrandit, on en construit un autre (Brzezinska-Birkeneau) à 3km qui ne couvrira à son maximum de developpement seulement 25% de ce qui était prévu, puis de Monowice sur les terrains de compagnies industrielles allemandes qui utiliseront cette main d'oeuvre gratuite et manoeuvrable à souhait. De nombreux petits camps seront construits aux alentours, une 40aine environ.

De la route, on ne remarque rien de particulier, des batiments cachent les barbelés du camp et sa fameuse porte. Petit tour par le musée, séance cinéma de 15 minutes...de reportage sovietique. La séance est en anglais, mais on n'a pas besoin du texte, les images sont éloquentes et préparent à ce qu'on va voir dans les blocs.Petite infos chiffrées, plus d'un million de personnes sont mortes ici, à la liberation, 7000 personnes etaient encore vivantes, dont environ 5 à 600 enfants.

Et encore une remise au point: Auschwitz I est une ancienne caserne, ce sont des batiments en briques rouges,en bon état, bien arrangés. On sent l'organisation, la discipline dans les batiments, sans plus au debut. Tous les camps n'ont pas été des baraquements en bois...adieu image d'épinal..;

Puis cette fameuse porte d'entrée surmontée par le premier signe de l'horreur nazie: ARBEIT MACHT FREI, Le travail rend libre...Tous les jours, les prisonniers passaient dessous cette banniere pour aller travailler à la construction d'autres camps, pendant 10 11 heures par jour. Le travail qui vous tuera rendra votre corps libre de ses contraintes...

DSC_1190

Posté par megaptera à 19:50 - La Pologne! - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

    On attend la suite

    bizs
    Nat

    Posté par Nat, 09 mai 2009 à 00:19
  • J'ai visité Buchenwald en classe de seconde avec mon prof d'éco .
    La tristesse mais aussi la culpabilité nous avait tous envahis , nous ados . Nous prenions conscience d'appartenir à une race inhumaine ...

    Posté par merealanoix, 09 mai 2009 à 08:57
  • hum :-/
    Je ne sais pas si j'aurai les boyaux de te suivre longtemps, c'est vraiment le genre de visite qui me fait très peur, j'admire ceux qui y vont, savent en tirer quelque chose d'autre qu'une nausée... Vraiment, je suis baba devant cette capacité-là.
    L'espèce humaine m'inspire déjà bien assez de mépris et d'admiration mêlés et étouffants, il me semble toujours que ce genre de visite serait, pour moi, la couche de trop...

    Posté par plouf_le_loup, 09 mai 2009 à 14:37
  • Simplement merci. Ma marraine a vécu 15 mois à Rawensbrück, qui "n'était" qu'un camp de concentration : elle n'a jamais voulu en parler.

    Posté par PMB, 09 mai 2009 à 18:52
  • Lorsque j'ai vu le film "Nuit et brouillard" en seconde, j'ai compris l'ampleur du désastre nazi. La préservation de ces lieux sont indispensables pour qu'on n'oublie jamais. "Arbeit macht free", cette phrase résume toute l'arrogance et le cynisme de l'entreprise nazie.

    Posté par mamzellescarlett, 11 mai 2009 à 12:28
  • j'ai visité un camp proche de Berlin il y a une dizaine d'année, je crois qu'on ne se rend compte de l'ampleur de l'horreur qu'une fois qu'on y est...merci Val

    Posté par evy, 13 mai 2009 à 10:22
  • les oubliés

    comment peut on oublié ces tzigane qui on subit les meme barbaries que ces pauvres juif ou autres car je ne comprendrai jamais pourquoi les un et pas les autres !ne sont-il pas humain ces gens la ? alors n'oublier jamais l'histoire et ces humains car oui se sont des etres humain et non des rats §

    Posté par philippe, 16 mars 2011 à 16:59

Poster un commentaire